Photographie: António CunhaPhotographie: António CunhaPhotographie: António CunhaPhotographie: António Cunha


Nom du Monument:

Mosquée de Mértola

Localisation:

Mértola, Beja, Portugal

Date du Monument:

Dernier quart du VIe siècle de l’Hégire (XIIe siècle J.-C.)

Période / Dynastie:

Almohade

Description:

“Une église jadis mosquée” : la légende qui illustre l'église matriz de Mértola sur le dessin de Duarte d'Armas, début XVIe siècle, ne laisse aucun doute. Le plus important temple de la ville a été, autrefois, la mosquée aljama de Martulah.
En ce sens, la structure de la mosquée est parfaitement identifiable, construite dans la seconde moitié du VIe siècle H (XIIe siècle J.-C.) et consacrée au culte chrétien après la “Reconquête”. De ce temple à cinq nefs, avec son toit à deux pentes, il reste encore les murs extérieurs et quatre petites portes (trois ouvertes sur l'ancien patio et une vers l'extérieur) sur lesquelles l'arc en fer-à-cheval légèrement surhaussé est encadré par un alfiz.
Le maintien de la fondation de l'édifice, même si on considère la reconstruction de la toiture au milieu du XVIe siècle, confère à cette église-mosquée un exotisme incomparable. On en a maintenu les arcs en fer-à-cheval des portes qui s'ouvraient vers le sahn (le patio du lieu de culte) et le mihrab, dont on a enlevé le pisé il y a quelques décennies. Le mihrab était flanqué d'un espace étroit destiné au minbar. De plan polygonal, cet espace réservé à la prière musulmane laisse encore voir un décor en stuc, aujourd'hui dépourvu de polychromie, avec trois arcs aveugles polylobés finissant sur une corniche encadrée de deux cordons de l'infini, thème qui se répète sur le sommet de l'ensemble.
Curieusement, c'est l'unique pièce dans tout le Portugal à avoir échappé aux assauts purificateurs de la “Reconquête” et de la Contre-Réforme, et à avoir été maintenue dans un assez bon état de conservation jusqu'à aujourd'hui.
Le Musée national d'archéologie (Lisbonne) conserve un fragment d'une corniche en granit sur lequel il reste deux lignes d'une inscription. Selon Nykl, elle doit correspondre à celle évoquée par Estácio da Veiga dans Memórias das Antiguidades de Mértola. Amador de los Ríos a pu déchiffrer sur la ligne du bas la première partie du verset 28 de la sourate XXXVI du Coran : “Nous n'avons pas fait descendre sur son peuple après la sienne (armée)”. Le sens du texte, ainsi que le fait qu'il soit sculpté sur une corniche, évoque un lien avec la mosquée de Mértola.
Après la Reconquête, la décadence économique de la ville a obligé à la réutilisation de l'édifice, dont on s'est limité à changer la fonction (de mosquée à église). Le minbar a été maintenu jusqu'au début XVIe siècle, étant transformé en autel. Les travaux réalisés vers 1530 ainsi que certaines modifications structurelles ont entraîné la disparition des vestiges mais n'ont pas réussi à effacer complètement les restes de l'ancienne mosquée aljama.

View Short Description

Bien que le toit ait été reconstruit au milieu du XVIe siècle, la préservation de la structure de base de l'édifice, qui date du dernier quart du VIe siècle H (XIIe siècle J.-C.), confère à cette église-mosquée un indéniable exotisme. Les arcs outrepassés menant au sahn (cour du lieu de culte) et au mihrab, découvert il y a quelques décennies, ont tous résisté au temps.
Le bâtiment d'origine avait cinq nefs, chacune avec un toit galbé et quatre petites portes (trois ouvrant sur la cour et une sur l'extérieur) avec des arcs outrepassés légèrement artificiels et encadrés d'alfiz.

Mode de datation:

La datation de la mosquée de Mértola a été établie à partir de comparaisons avec la mosquée de Tinmel (au Maroc), qui lui aura servi de modèle. Par ailleurs, le décor végétaliste des stucs présente des similitudes avec celui d'autres monuments de la même époque (mosquées de Tinmel et d'Almería, notamment), ce qui nous autorise à dater de façon assez rigoureuse l'époque de construction de ce lieu de culte.

Bibliographie sélective:

Amador de los Ríos, R., Memoria acerca de algunas inscripciones arábigas de España y Portugal, Madrid, 1883.
Ewert, Ch., “La mezquita de Mértola”, Cuadernos de la Alhambra, n° 9, Grenade, 1973.
Macias, S. et al., Mértola – Mesquita / Igreja matriz, Mértola, 2002.
Nykl, A. R., “Arabic inscriptions in Portugal”, Ars Islamica, XI-XII, 1946, pp. 167-183.
Veiga, S. E., Memória das antiguidades de Mértola, Lisbonne, 1880.

Citation de cette page web:

Santiago Macias "Mosquée de Mértola" dans Discover Islamic Art. Museum With No Frontiers, 2018. 2018. http://www.discoverislamicart.org/database_item.php?id=monument;ISL;pt;Mon01;10;fr

Fiche rédigée par: Santiago MaciasSantiago Macias

Santiago Macias é licenciado em História (variante de História da Arte) pela Universidade de Lisboa e doutorado em História pela Université Lumière – Lyon 2. Investigador do Campo Arqueológico de Mértola e técnico superior da Câmara Municipal de Mértola desde 1991. Foi comissário científico das exposições “Portugal Islâmico” (Museu Nacional de Arqueologia, Lisboa – 1998) e “Portugal-Marrocos” (Musée d'Art Contemporain, Tanger – 1999). É membro do comité científico do itinerário/exposição “Terras da Moura Encantada” (Lisboa, PICT e Museu Sem Fronteiras, 1999/2000). Recebeu em 2001 o Prémio Rómulo de Carvalho pelo livro “O legado islâmico em Portugal” (escrito em colaboração com Cláudio Torres). Foi responsável pela coordenação do projecto do Museu Islâmico de Mértola (2001). É responsável editorial da revista “Arqueologia Medieval”. Dedica-se ao estudo do período islâmico em Portugal, com particular incidência nas questões de urbanismo e habitat.

Traduction par: Inês Oseki-Dépré
Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : PT M

RELATED CONTENT

 Artistic Introduction

 Timeline for this item

Islamic Dynasties / Period

Almohades


On display in

Discover Islamic Art Exhibition(s)

The Muslim West | Mosques: A Place for Prayer

Download

As PDF (including images) As Word (text only)