Photographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Muhammad al-RoumiPhotographie: Zishan Sheikh


Nom du Monument:

Norias (nawa’ir) de Hama

Localisation:

Au bord de l’Oronte, Hama, Syrie

Date du Monument:

VIe-Xe siècle de l'Hégire (XIIe-XVIe siècle J.-C.)

Période / Dynastie:

Périodes atabeg, ayyoubide, mamelouke et ottomane

Description:

La roue à eau ou noria (na'oura au singulier, nawa'ir au pluriel) est une très ancienne structure hydraulique conçue pour puiser et distribuer l'eau en utilisant la force du courant. C'est aussi le symbole de la ville de Hama, à 226 km au nord de Damas, en bordure du fleuve Oronte. L'utilisation de roues à eau en Syrie remonte aux périodes classique et hellénistique, peut-être même à celle des Nabatéens (IIe siècle av. J.-C.-IIe siècle ap. J.-C.). Leur première représentation figure sur une mosaïque de l'ancienne ville d'Apamea, à 55 km au nord de Hama, datée de 469 J.-C. On constate au Moyen Âge une nette augmentation du nombre de références aux norias dans les écrits géographiques islamiques, ce qu'explique sans doute leur multiplication. Sous le règne des sultans seldjoukides et de leurs divers vassaux atabegs, zenguides et ayyoubides, lorsque les cités syriennes connaissent un fort développement urbain, la noria de Hama est particulièrement bien entretenue. Nour al-Din Mahmoud bin Zangui lance une campagne de reconstruction après le tremblement de terre de 551 H / 1157 J.-C., qui inclut la restauration du système d'adduction d'eau de la ville et des norias.
Les plus anciennes norias subsistantes sont attribuées aux Ayyoubides (fin VIe siècle-VIIe siècle H / XIIe-XIIIe siècles J.-C.) tandis que la plus vieille tour, celle de la noria al-Muhammadiyyeh, porte une inscription la datant de la période mamelouke (763 H / 1361 J.-C.). C'est également l'une des deux plus grandes de la ville avec ses 21 m de diamètre et les 17,5 m de haut de son aqueduc. Particulièrement long, celui-ci alimente le quartier de la Grande Mosquée, à près de 1 kilomètre de l'Oronte. La deuxième plus grande noria, également de 21 m de diamètre et appelée al-Mamuriyyeh, date des débuts de la période ottomane (867 H / 1453 J.-C.).
Les norias se composent principalement de deux parties : une roue mobile, généralement en bois de peuplier, et un aqueduc, habituellement en pierre. La roue est faite de grosses poutres fixées perpendiculairement autour de l'axe, créant une forme carrée au centre et partant en rayonnant vers la circonférence du cercle. Ces poutres sont solidarisées par des cadres circulaires et renforcées par d'autres, clouées selon des inclinaisons diverses. À la circonférence, des palettes facilitent le mouvement circulaire et des godets (sanadiq) collectent l'eau. Du fait de leur construction en bois, les poutres nécessitent un entretien constant et doivent être changées tous les 15 ans environ.
L'efficacité d'une noria dépend aussi de constructions en pierre comme l'aqueduc et le petit barrage qui contrôle le niveau de l'eau. L'eau est reçue par un réceptacle parallèle à la roue et aussi large que possible, d'où part le long aqueduc reposant sur une arcade qui distribue l'eau pour l'irrigation ou les usages domestiques. En moyenne, une noria peut prélever 50 litres d'eau par seconde et irriguer jusqu'à 75 hectares.

View Short Description

La ville de Hama est fameuse pour ses norias qui s'élèvent au bord des méandres de l'Oronte traversant la ville. Leur technique de construction est ancienne mais remarquablement efficace, encore aujourd'hui. Les roues sont habituellement en peuplier et doivent être régulièrement entretenues. Les barrages et aqueducs sont en pierre. Les dimensions des installations sont conçues pour capter le maximum d'eau et assurer sa distribution la plus efficace.

Mode de datation:

Certaines norias sont datées par des inscriptions, mais la plupart le sont d'après des preuves archéologiques et des sources historiques. Des fouilles récentes sous le niveau de l'eau ont montré que la plupart des norias sont d'origine très ancienne et ont été continuellement restructurées au cours des siècles.

Bibliographie sélective:

Burns, R., Monuments of Syria: An Historical Guide, Londres-New York, 1999.
Delpech, A. et al., Les norias de l'Oronte : analyse technologique d'un élément du patrimoine syrien, Damas, 2005.

Citation de cette page web:

Waal Hafian "Norias (nawa’ir) de Hama" dans Discover Islamic Art. Museum With No Frontiers, 2019. 2019. http://islamicart.museumwnf.org/database_item.php?id=monument;ISL;sy;Mon01;32;fr

Fiche rédigée par: Waal Hafian
Édition: Mandi Gomez
Traduction par: Jacques Bosser (de l'anglais).
Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : SY 40

RELATED CONTENT

Related monuments

 Artistic Introduction

 Timeline for this item

Islamic Dynasties / Period

Atabegs

Ayyoubides

Ottomans

Mamelouks


On display in

Discover Islamic Art Exhibition(s)

Water | Water Management

Download

As PDF (including images) As Word (text only)