Nom du Monument:

Grande Mosquée de Testour

Localisation:

Sur la Grand-Place, Testour, Gouvernorat de Béja, Tunisie

Date du Monument:

avant l’an 1041 de l’Hégire / 1631 J.-C.

Période / Dynastie:

Ottomane

Commanditaire(s):

Mohamed Tagharinou, un émigré d’origine andalouse qui s’était installé à Testour en l’an 1018 H / 1609 J.-C.

Description:

La mosquée de Testour est pourvue de deux cours. La plus grande est située au nord, la seconde à l'ouest de la salle de prière. La grande cour (17,70 x 26,20 m) est entourée de portiques à arcs en plein cintre, portés par des colonnes et chapiteaux antiques, en pierre calcaire. Les portiques sont couverts de toits à une seule pente, présentant une légère inclinaison vers l'intérieur. La cour est pavée de dalles de pierres calcaires antiques remployées. Au milieu de la cour, un cadran solaire porte une inscription mentionnant le nom de l'artisan, Ahmed al-Harrar, et la date de 1174 H (1761 J.-C.).

Le minaret, haut de 22,50 m, occupe l'angle nord-est. Il se compose d'une tour carrée de 4,50 m de côté, surmontée d'une seconde tour octogonale. L'ensemble est couronné d'un lanternon à toit pyramidal en bois. Les quatre angles de la tour carrée sont surmontés de petits pinacles cylindriques coiffés d'icônes. Contrairement à la tour carrée, la tour octogonale est richement décorée de céramique émaillée et percée de baies géminées au niveau supérieur. Au-dessous de l'une des baies est incrusté le cadran d'une horloge, phénomène unique dans le décor des minarets de l'époque.

La salle de prière rectangulaire (25,85 x 19,12 m) est couverte de voûtes d'arêtes sur arcs en plein cintre portés par des colonnes et chapiteaux antiques. Elle est divisée en neuf nefs et sept travées. L'allée centrale porte deux coupoles, une au centre et une au devant du mihrab, dont l'encadrement est surmonté d'un fronton triangulaire. Deux pointes de diamants et des palmettes agrémentent les écoinçons.

Outre les éléments décoratifs (pinacles, fronton triangulaire, toits en pentes…), le mode de construction rattache le monument à la tradition andalouse. Les murs sont en chaînage de briques et remplissage en moellon, exactement sur le mode tolédan.

View Short Description

La Grande Mosquée de Testour est un des témoins les plus éloquents de l'architecture morisque en Tunisie. Le maître d'œuvre de cet édifice a créé une œuvre de synthèse combinant les techniques des mosquées locales avec les techniques architecturales et décoratives d'origine hispanique. L'édifice se distingue par ses imposantes toitures de tuiles s'appuyant sur une armature de combles constituée d'un système de charpente reposant sur l'extrados des voûtes par le biais de 48 piliers. La forme et la construction du minaret rappellent les clochers espagnols, notamment ceux d'Aragón.

Mode de datation:

Sources historiques et traditions orales ainsi qu'un manuscrit datant de 1072/1661 J.-C. légué par le fils du fondateur de la mosquée.

Bibliographie sélective:

Hababou, I., Réflexion sur l'architecture andalouse en Tunisie : Une ville de Testour nouvelles opérations et tissu traditionnel, p.122, ITAAUT,1983, inédite.

Hopkins, N.S., “Note sur l'histoire de Testour”, Revue d'histoire maghrébine, Tunis, n° 9, 1977, pp. 294-313. Marçais,G., Testour et sa grande Mosquée, Tunis, 1981, pp. 21-23.

Sâadaoui, A., Testour du XVIIe au XIXe siècle : histoire architecturale d'une ville morisque de Tunisie, Tunis, 1996, pp. 63-145.

Citation de cette page web:

Mohamed Béji Ben Mami "Grande Mosquée de Testour" dans Discover Islamic Art. Museum With No Frontiers, 2018. 2018. http://www.discoverislamicart.org/database_item.php?id=monument;ISL;tn;Mon01;3;fr

Fiche rédigée par: Mohamed Béji Ben MamiMohamed Béji Ben Mami

Né le 27 janvier 1950 à Tunis, docteur en archéologie islamique, Mohamed Béji Ben Mami est directeur général de l'Institut national du patrimoine et vice-président de la Municipalité de Tunis. Il a restauré, sauvegardé et mis en valeur plus d'une cinquantaine de monuments de la médina de Tunis, dirigé les fouilles de grands sites islamiques et organisé diverses expositions relatives à la civilisation arabo-islamique.
Depuis 1996, il est vice-président de l'Union des historiens arabes et représentant de l'Union des archéologues arabes de Tunisie.
Mohamed Béji Ben Mami a pris part à divers congrès internationaux et publié plusieurs articles et ouvrages, parmi lesquels Tourbet el-Bey (Tunis, 2004) et Les médersas de la médina de Tunis (Tunis, 2005).

Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : TN 03

RELATED CONTENT

Related monuments

 Artistic Introduction

 Timeline for this item

Islamic Dynasties / Period

Turcs en Tunisie


Download

As PDF (including images) As Word (text only)